Prose

LE RETOUR EN GRÈCE
Dimitris Nollas
 

Roman
Traduit du grec par Richard Tchélébidès en collaboration avec Isabelle Tloupas

 

Le personnage principal du Retour en Grèce de Dimitris Nollas est un jeune homme de Thessalonique, Aristos, qui étudie à l’université de Munich dans les années soixante. D’un tempérament de dilettante, il rêve sa vie, sans vraiment parvenir à vivre ses rêves, quand un retour inopiné dans sa ville natale le bouleverse. Il fait ce voyage pour accompagner Chrysanthe, une ouvrière employée depuis les années quarante dans une usine bavaroise, également de retour au pays. Chrysanthe oblige Aristos à se poser des questions sur lui-même, avant que la redécouverte de Salonique après trois ans d’absence ne le place en face de réalités qu’il s’était toujours forcé d’ignorer.  L’auteur opère un constant balancement entre destin individuel et histoire collective pour nous mener vers une interrogation sur le sens de la vie, au travers de la quête de la liberté qu'entreprennent – sur des modalités bien différentes – Aristos et Chrysanthe.
Dans ce Retour en Grèce, Dimitris Nollas intègre des récits dans le récit, dans la tradition du roman picaresque, et cette construction narrative permet l'alternance du comique – dans des scènes désopilantes d’incongruité – et du tragique, à travers une variété de décors, de situations et de personnages qui nous font voyager dans une Grèce aux antipodes de la carte postale touristique.
 
Avec une ironie implacable, Dimitris Nollas invite le lecteur à méditer sur le lien qui unit l’homme grec à sa cité. Au cœur du récit, les stigmates de l’occupation allemande, les plaies toujours ouvertes de la guerre civile, la difficulté de communication au sein d’une fratrie, les conflits de classes sont autant de pistes de réflexion pour le lecteur. Dans l'une des nombreuses interviews (To Vima 22/03/15) accordées après l'attribution du prix d'État du Roman 2014 au Retour en Grèce, Dimitris Nollas confiait son désir de voir les Grecs régler les différends issus de leur passé « avec amour et dialogue », sans quoi ils seraient « condamnés à vivre aujourd'hui en hypocrites et demain, en victimes ».


168 pages, 20,5x14cm, 20€
ISBN 978-2-911427-73-2

 

ÉTÉ DANS LES CORPS, ÉTÉ DANS LES CŒURS
Sotiris Dimitriou

 

Nouvelles

Traduit du grec et présenté par Marie-Cécile Fauvin

 

 

En Épire,  cette contrée divisée entre Grèce et Albanie, aux pires moments de l’Histoire, l’art de dire et de conter a toujours été considéré comme un trésor, une consolation, une joie essentielle. Sotiris Dimitriou en est l’héritier et souffle dans les lettres grecques quelque chose de l’air vif et parfumé des montagnes dont il est originaire.
Les nouvelles choisies pour ce recueil – la première édition française qui lui soit consacrée – qu’elles se déroulent dans l’Athènes d’aujourd’hui ou en Épire, qu’elles soient réalistes ou utopiques, font entendre une voix poignante et authentique, une voix qui a pris le parti des humbles et des marges.

 

Sotiris Dimitriou est l’un des plus grands nouvellistes grecs. Son œuvre a été couronnée de nombreux prix prestigieux et elle a également été une source d’inspiration pour des cinéastes tels que Sotiris Goritsas ou Nikos Panayotopoulos.

 

A paraître le 7 juin 2018
ISBN : 978-2911427-7-49

 

 


 

LES CLOUS DE LA CROIX
Nikos Nikolaïdis


Roman. Traduit du grec par Alexandre Zotos et Marie Grekos

 

Le roman de Nikos Nikolaïdis relate le destin d'un orphelin livré à lui-même et devenu épicier dans une petite ville de Chypre au début du XXe siècle. Les clous du titre, au nombre de trois, marquent les grandes étapes de la narration : de l’acquisition d’un capital à celle d’une famille, Kassianos, le héros maudit, – reflet de la société qui l’a créé – construit une existence guidée par la peur de la précarité et une solitude totale.

 

Grinçant et drôle à la fois, ce roman polyphonique, nourri par les récits et légendes populaires, marqué par la vision de son auteur sur la société (l’impuissance de l’homme face au destin et la lutte existentielle pour se faire une place), a été considéré par ses contemporains comme un chef-d’oeuvre. Ainsi le grand romancier Stratis Tsirkas écrivait-il en 1953 que l’oeuvre de Nikolaïdis faisait partie de celles « qui nous jugent ».

 

Nikos Nikolaïdis est un auteur hors normes du début du XXe siècle. Né à  Nicosie (Chypre) en 1884, issu d'un milieu modeste et orphelin dès l'âge de six ans, il a abandonné l'école à dix ans et a, dès lors, travaillé. Apprenti chez un relieur, il a profité de cette expérience pour se plonger dans la littérature pour laquelle il avait déjà une passion profonde. Puis il a appris l'art de la peinture d'icônes dont il a fait son métier. Après avoir voyagé à travers le monde durant de longues années, Nikos Nikolaïdis s'est installé au Caire où il est mort en 1956.

Il a fait son entrée dans le monde des lettres en 1908, date à laquelle il a publié en revue deux nouvelles et un poème. Par la suite, il a publié des recueils de poésie et des romans, dont Les Clous de la croix, paru en 1948. Cosmopolite, dandy attentif au destin des misérables de son époque, fervent défenseur de la langue populaire et observateur caustique de la société, il est l’auteur d’une oeuvre qui a fait date dans les lettres grecques.

 


136 pages, 14x20,5 cm, 19 €
ISBN : 978-2-911427-66-4

 

LE MARIAGE
Vassa Solomou Xanthaki


Roman. Traduit du grec par Isabelle Tloupas

 

« Je devais avoir six ou sept ans, je ne me souviens plus très bien, lorsque ma mère est morte. Très peu de choses d’elle me sont restées en mémoire. À son enterrement, tout le monde pleurait. Vanguéli, ma tante la plus proche, et ma soeur Amalia, pleuraient aussi. Mon oncle Halkias et l’autre, Tassios, pleuraient de même et ils disaient que Dieu avait voulu le repos de son âme parce qu’elle était jeune et belle. De ça, je me souviens très bien. Mais à l’époque, je ne comprenais pas pourquoi Dieu devait vouloir le repos d’un être jeune et beau et nous abandonner, nous autres, à tant de douleur. »
Ainsi commence le récit de Vassa Solomou Xanthaki, publié en 1975, à une époque où la Grèce rurale disparaît, et qui connaît, depuis un succès ininterrompu, notamment grâce aux nombreuses adaptations théâtrales dont il a fait l’objet.


À travers la cérémonie alors très codifiée du mariage, c’est tout un pan de ce monde ancien que Vassa Solomou Xanthaki restitue, la trace sensible du destin des femmes dans ce pays abrupt et solaire aux traditions séculaires formulées par les chants populaires que l’auteur donne à entendre avec authenticité et tendresse.

 

Vassa Solomou Xanthaki est née à Ambelakia en Thessalie. Elle a vécu à Athènes où elle a étudié l’histoire et l’archéologie. Elle a travaillé dans l’enseignement secondaire et dans des programmes sociaux jusqu’à son licenciement pendant la dictature des Colonels. Depuis lors, elle enseigne la littérature aux adultes et dans le supérieur. Elle est l’auteur de récits et romans dont plusieurs ont été primés.

 

 

126 pages, 14x20,5 cm, 15 €
ISBN : 978-2-911427-67-1

 

Ρόκο-Ρόκο. Μικρές ιστορίες σε μεγάλες πόλεις, Tony de Balkano


[Roko-Roko. Petites histoires et grandes villes]

Nouvelles en grec

 

Tony de Balkano, alias Leftèris Vryonakis, est né à Athènes en 1930. En 1951, il s'est installé à Paris où, après avoir chanté dans le choeur de l'Église Saint-Stéphane, il est devenu chanteur de cabaret. Ami de Piaf et Moustaki, il a vécu à Montparnasse jusqu'à la fin des années 70. Il est alors parti s'installer à Zurich, la troisième ville de sa vie. Il y a exercé divers métiers, de vendeur de vêtements à comédien de petits rôles au célèbre Théâtre Municipal.


Il quittait régulièrement son repaire helvétique pour se rendre à Paris et Athènes. Au fil de ses voyages, il ne chantait ses amis par des récits autobiographiqes truculents dont le cadre les transportait de l'Athènes des années 1940 au Paris des années 1950-1960 ou encore la Suisse d'aujourd'hui.


Il a publié son premier récit "Roko-Roko", qui  a d'ailleurs donné son titre à ce recueil de nouvelles, dans le numéro de la revue Desmos/Le Lien consacré à Athènes en 2004. Nous lui avons ensuite demandé de coucher par écrit le reste de ses aventures, dont le récit oral nous avait maintes fois charmés. C'est chose faite, en grec, dans une langue pleine de fraîcheur et d'humour.

 

 

2010, 13x20 cm, 92 pages, 12 €

ISBN 978-2-911427-53-4

 

TU VAS VOIR CE QUE TU VAS VOIR !
Dimitris Ghionis


Récit.

Traduit du grec par Isabelle Tloupas

Avant-propos de Vassilis Vassilikos

 

Une bourgade au fin fond du Péloponnèse dans les années 40-50.
Entre deux bagarres avec les copains, le jeune Mitsos caresse vaguement l’idée de devenir évêque, ne serait-ce que pour jouir des égards qui lui manquent à la maison. Les temps sont durs, le moindre quignon de pain est convoité comme une gourmandise, les taloches pleuvent, plus ou moins méritées, l’univers se limite aux proches alentours, et la découverte du monde adulte vous donne une idée un peu imprécise de ce qu’est la vie, souvent cocasse dans la comédie du quotidien, tragique aussi parfois avec la guerre civile dont les enfants perçoivent l’écho. Avec le récit de ses souvenirs d’enfance, Dimitris Ghionis nous offre le tableau d’une Grèce oubliée, sur un ton qui pétille d’humour et de gaîté.



Dimitris Ghionis est né en Arcadie en 1939. Il vit à Athènes depuis ses douze ans et travaille en tant que journaliste depuis 1964, principalement dans la presse écrite. Tu vas voir ce que tu vas voir!, publié en 1994, a connu un très grand succès en Grèce, 27 rééditions depuis sa parution. Il a été suivi de trois autres volumes.

 

 

2007, 15x22 cm, 120 pages, 15€

ISBN : 978-2-911427-43-5978-2-911427-29-9

 

L’ ARMÉNIEN
Clément Lépidis


Roman.

 

« En ce temps-là, chaque quartier de la capitale avait sa vocation : les girls à Montmartre, les peintres à Montparnasse, les diamantaires à Cadet et les morts au Père- Lachaise ; mais la chaussure, c’est à Belleville qu’on la trouvait., … C’est dans ce Belleville de théâtre que l’Arménien Aram Tokatlérian posa le pied, pour la première fois. C’était un petit homme aux cheveux noirs, au teint sucre brûlé, au nez cassé à angle vif, l’oeil percé d’un éclat de charbon. Il portait une grosse valise entourée de courroies et un lourd paquet d’où dépassaient les franges d’un tapis… »

Venu d’Istanbul, Aram, le cordonnier arménien a choisi la France pour réaliser un rêve de liberté. Les canons de 14-18 se sont tus depuis plusieurs années déjà et en regardant les toits de Paris, du haut de la colline de Belleville, on peut croire au bonheur. Le travail, l’amitié et l’amour seront au rendez-vous. Mais l’Occupation arrive et le rêve se fissure. L’Arménien pourra-t-il définitivement s’enraciner dans sa terre d’accueil ?

Le roman de Clément Lépidis ne cesse de poser cette question de l’intégration. À travers une galerie de personnages hauts en couleurs, il peint l’instabilité d’une époque, mais aussi l’inconstance des êtres humains. Salué par l’ensemble de la critique lors de sa première parution, l’Arménien offre au lecteur d’aujourd’hui un portrait de déraciné, toujours d’actualité.


Clément Lépidis, 1920-1997 est né d’un père grec originaire d’Asie Mineure et d’une mère française. Cordonnier de métier, il vient tard à l’écriture et publie son premier roman, La Rose de Buyükada, en 1964, qui obtient le Prix des Deux-Magots. L’Arménien, paru en 1973, a reçu le Prix de la Société des Gens de Lettres.

 

 

2007, 15x22 cm, 246 pages, 18€

ISBN : 978-2-911427-42-8

 

 

LA GRAND-MÈRE COPILOTE
Yorgos Skambardonis


Nouvelles. Edition bilingue.

Traduit du grec par Clio Mavroeidakos-Muller

 

Sur le bureau, un coupe-papier frémit au souvenir de son passé de « délinquant ». Une jeune amazone chevauche une vespa rose et affole les passants. À Pâques, la fameuse icône de Baryakli tape sur les fidèles. La nuit, sur un chemin de terre, un homme solitaire fait des appels de phares aux trains. Une mère sauve son enfant et devient l’arbre que les villageois appellent Sainte Vierge. Un électricien, amoureux de toutes les lumières, fait de son testeur une luciole. Une grand-mère ressuscitée en belle jeune fille pour le plus grand bonheur du narrateur.

Voici quelques-uns des personnages de ce recueil, à la fois loufoque et intimiste. Une galerie de portraits unique, évoluant dans cette Grèce du Nord qu’affectionne l’auteur, entre Salonique la cosmopolite, sa ville natale, et la campagne aux conditions si rudes. En quelques pages, il croque une ambiance, une aventure, un destin. Peut-être à l’instar de ce père austère dont l’énigmatique sentence « oeil de feu, main de fer » a donné le titre original de cette oeuvre.



Yorgos Skambardonis est né en 1953. Parallèlement à son oeuvre de nouvelliste et de romancier, il est journaliste, dans la presse écrite et audiovisuelle.

 

 

2004 / 15x23,5 cm / 176 pages
18€ / ISBN : 2-911427-34-3