Poésie

En 1996, après 13 ans d'existence, la Librairie Desmos a renoué avec l'ancienne tradition des libraires-éditeurs et les premiers livres publiés par les éditions Desmos ont tout naturellement été des recueils de poésie. Tout naturellement car, en Grèce, le genre poétique est une tradition riche et  ininterrompue. Nous avons édité les recueils des poètes essentiels des années 1970 à 1990, en édition bilingue pour ce qu'Agnès Desarthe nommait récemment, dans une tribune du Monde le « plaisir si particulier (…) de contempler les poèmes couchés côte à côte sur la page comme deux faux jumeaux, à la fois parfaitement semblables et impossibles à confondre, inséparables et autonomes ».

En 2015, à l'occasion d'un numéro de la revue Desmos/Le Lien consacré à la jeune poésie, nous avons été séduits par l'énergie et l'ambition de la génération des débuts du 3e millénaire. C'est à ces poètes que la collection Desmos/Poésie s'est ouverte, avec quatre recueils parus entre 2017 et 2018. Une collection de recueils intégraux, pour faire entendre la singularité de chacun et lui laisser la place et le souffle que les anthologies n'autorisent pas. La couverture de chaque volume reprend,  le même élément graphique, un escalier cycladique, clin d'œil à ce poème de Constantin Cavafis qui célébrait la "première marche".

 

Le 10 mars 2018, une lecture collective à la Maison de la Poésie a permis au public parisien de découvrir les poètes Yorgos Alisanoglou, Nikos Erinakis, Thomas Ioannou et Thomas Tsalapatis

Extraits de la lecture: https://www.youtube.com/watch?v=Vwoy-WW-52U

Captation intégrale: https://www.youtube.com/watch?v=027SkfuybtM

L'enregistrement sonore: https://soundcloud.com/maison-de-la-poesie/2018-03-10-poetes-grecs

LE LIVRE DE LA TERRE

Katerina Iliopoulou

 

Édition bilingue.

Traduit du grec par Michaël Batalla

avec la collaboration de Clio Mavroeidakos.

 

Katerina Iliopoulou dit des mots qu’ils s’absentent régulièrement comme le font les oiseaux prêts à la migration lors de leurs vols d’essai, en hélice au-dessus des champs. On voit bien l’image. C’est celle de l’envol typographique des mots prêts à la migration. Leurs lettres commencent par s’agiter, se décollent et montent, tourbillonnent, s’entrecroisent et se mélangent, puis descendent et se réordonnent. Et miracle, les poèmes ainsi reconstruits, comme dans une transformation géométrique, conservent les propriétés des poèmes initiaux. Ils sont à la fois objectifs et féériques, littéraux et lyriques, biographiques et imaginaires, descriptifs et analogiques jusqu’à devenir parfois d’une étonnante abstraction. À travers eux, ce que Katerina Ilioupoulou a vu et pensé se manifeste à nouveau, on dérive sur l’onde de ses extrapolations imaginaires, des souvenirs se changent en rêves indéchiffrables et la beauté aride des paysages du sud de la Grèce où elle puise son inspiration nous apparaît dans tout son mystère.

 

Katerina Iliopoulou (1967) est l’auteur de quatre recueils de poésie, d’un volume de poésie et photographies (avec Yannis Isidorou), d’un livre de récits et un recueil d’essais. Son premier recueil a reçu le Prix du jeune auteur de la revue Diavazo en 2007. Elle publie fréquemment des critiques de poésie. En tant que traductrice, elle a publié deux volumes de Sylvia Plath, une anthologie exhaustive de Walt Whitman et des poèmes de Mina Loy, Ted Hughes, Robert Hass. Elle a participé à de nombreux festivals internationaux de poésie et à des programmes d’écriture et de traduction, et elle a organisé des présentations mixtes de poésie et des performances. Sa poésie a été traduite et éditée, en revue et dans des anthologies, dans de nombreuses langues. Elle est en charge de la plateforme bilingue greekpoetrynow.com consacrée à la poésie grecque et, depuis 2013, elle dirige la revue [ΦΡΜΚ] qui traite de poésie, de poétique et d’arts plastiques.

 

120 pages, 15x21 cm, 16 €
isbn : 978-2-911427-87-9

AIRE DE JEUX
Yorgos Alisanoglou

 

Édition bilingue.

Présenté par Titika Dimitroulia.
Traduit du grec par Nicole Chaperon et Clio Mavroeidakos.

 

Dans Aire de jeux, son recueil le plus mûr, Yorgos Alisanoglou explore des thèmes et des techniques qui lui sont familiers : le rêve, l'errance, la mélancolie, l'amour qui constitue ici le dernier refuge, le flux – sang, eau – la solitude, le poème qui meurt et renaît et enfin les chansons comme soundtrack du recueil, mais aussi la musique et la musicalité, l'attente du prodige et le désespoir de sa non venue. La nouveauté, dans ce recueil, est l'historicité dans laquelle s'inscrit l'angoisse, dans cette aire de jeux qu'est le monde – dont les règles sont édictés tant par les visages changeants du pouvoir que par le hasard. Mais cette aire de jeu a aussi une autre dimension, c'est l'univers de la parole, de la parole poétique, de sa remise en question et de son lien à l'histoire, mais aussi à la politique.
Quatre parties composent le recueil : « Guerre », « mémoire », « trophées » et, à la fin, « limites d'un printemps », de cette voix qui persiste et se venge au moyen de l'avenir. La voix qui persiste est cette voix intrinsèquement révoltée du poète, ou, plutôt, du poème. Qui vit et survit en l'absence du poète. C'est la voix des maudits. Des marginaux. Des innocents. Des insurgés. De tous ceux qui habitent poétiquement le monde et, ainsi, le changent, laissant résonner leur voix, leur murmure, bien après eux.

Yorgos Alisanoglou est né à Kavala (Grèce) en 1975. Études de sociologie et sciences politiques. Il vit à Thessalonique où il anime et dirige, depuis 2005, les Éditions et la librairie Shakespearikon (www.saixpirikon.com). Il est également traducteur. Il est l’auteur des recueils poétiques Cris sans écho (Thessalonique, Éd. Katsanos, 2001), Ville d’acanthe (Thessalonique, Éd. Katsanos, 2006), La Betterave et le diable (Athènes, Éd. Typothito-Lalon ydor, 2008), Jesu Christiana – Une prière future (Edessa, Éd. Magiko kouti, 2011 ; sélectionné pour le Prix de poésie de la revue Diavazo), ERO(S), 7 pas/7 lieues à l’intérieur (Thessalonique, Éd. Shakespearikon, 2012) et Aire de jeux (Athènes, Éd. Kihli, 2016 ; traduit en danois aux éditions Det Poetiske Bureaus en 2017). Il a également publié un recueil d'échanges épistolaires avec le dramaturge Dimitris Dimitriadis, aux Éditions Shakespearikon, en 2013.

 

136 pages, 15x21 cm, 18 €
ISBN 978-2-911427-84-8

ENTRE LES OMBRES
Nikos Erinakis


Édition bilingue.
Traduit du grec par Clio Mavroeidakos.

 

Dans Poésie de la pensée, George Steiner souligne que  « [l]e paradigme du poème philosophique, d’une adéquation parfaite entre l’expression esthétique et la teneur cognitive systématique, perdure dans la modernité ».
    Avec Entre les ombres – son deuxième recueil –, le jeune Nikos Erinakis s’inscrit dans cette tradition : son écriture s’est nourrie du va-et-vient entre ces deux domaines majeurs que sont la philosophie et la poésie. Marqué par la pensée pythagoricienne, il ouvre le recueil en mentionnant le « cinquième marteau », celui que le mathématicien antique, découvrant dans une forge cinq forgerons produisant un son d’une harmonie parfaite, rejeta comme « dissonant à l’égard de tous ». Cet outil mystérieux, symbole de la part d’imperfection qui contraint l’homme, donne la note, pourrait-on dire, du projet d’Erinakis. Une recherche d’absolu, irriguée par les textes de l’Antiquité – avec quelques références aux mystiques orphique et éleusinienne, à la Bible et à l’ Odyssée – et qui trouve dans la langue grecque un outil formidable, grâce à sa plasticité et à l’immédiateté des étymologies. Ainsi les citations antiques, les aphorismes poétiques et les vers marqués d’un sceau contemporain s’entremêlent-ils au rythme d’un lyrisme singulier. Lyrisme d’un autre temps, mais d’un temps futur, gageons-nous, car, s’il puise à des sources anciennes, Erinakis est résolument tourné vers l’avenir, dont il annonce, en titre de sa première partie, qu’il est « le seul temps mythique ».
 

Nikos Erinakis est né en 1988 à Athènes. Après des études d’économie, de philosophie et de littérature comparée, il a obtenu son doctorat en philosophie auprès des universités de Londres et Oxford. Il enseigne la philosophie à l’université ouverte d’Athènes et à l’école supérieure des beaux-Arts d’Athènes.
Il a publié deux recueils de poésie : Bientôt tout brûlera pour éclairer tes yeux (Éditions Roès, 2009) et Entre les ombres (Éditions Gavriilidis, 2013). Il est également traducteur de l’allemand. Il a édité Amour sombre d’une génération sauvage, volume regroupant un choix de poèmes de Georg Trakl et de textes de Martin Heidegger (Éditions Gavriilidis, 2011) et une traduction d’un choix de poèmes de Paul Celan, Au nord du futur (Éditions Gavriilidis, 2017).

 

128 pages, 15x21 cm, 17 €
ISBN 978-2-911427-72-5

ALBA
Thomas Tsalapatis
 

Édition bilingue.
Traduit du grec par Nicole Chaperon.

 

Alba se lit d’une traite. Dès les premiers vers, le lecteur est happé par le mystère de cette Alba insaisissable, ville d’abord, puis femme et, très vite ni l’une ni l’autre ou les deux à la fois. Chaque quartier d’Alba est un monde et tous ces mondes se dévoilent un à un, au rythme des jours de la semaine – chaque jour engendrant une nouvelle Alba – qui donne le sentiment d’un temps figé ou infini, sans passé ni avenir.
Tout au long de ce parcours écrit dans une prose poétique compacte, sèche et vive – dont le rythme est créé par un usage subtil de la répétition et de la variation –, s’interpose l’autre Alba, la femme. Elle observe le monde et soi-même, à la fois proche dans ses postures, ses gestes simples que saisit le poète, et distante, mystérieuse car frappée de mutisme.
Thomas Tsalapatis s’empare de la cité aride qui l’entoure et l’observe comme à travers un kaléidoscope, laissant chacun reconstituer l’identité d’Alba. Et il nous offre une vision métaphorique du réel qu’on n’oublie pas de sitôt.


Thomas Tsalapatis est né en 1984 à Athènes. Il a fait des études théâtrales à l’Université d’Athènes. En 2011, il a publié son premier recueil, L’aube est un massacre, monsieur Krak, qui lui a valu le Prix d’État du jeune auteur 2012.
Alba est son deuxième recueil, paru en 2015 et adapté au théâtre en 2017, dans une mise en scène de Konstantinos Hadzis, à la Fondation Mihalis Cacoyannis.
En 2016, il a écrit les textes de la pièce Rappel qui a été mise en scène par Theodoros Terzopoulos au théâtre Attis. Ce texte a été publié aux éditions Mov skiouros sous le titre de Noyade.
Certains de ses poèmes ont été traduits en anglais, italien et espagnol.
Il est rédacteur pour les quotidiens Efimerida ton syntakton, Epohi et plusieurs journaux et revues en ligne. Tous ses textes sont disponibles sur son site : http://tsalapatis.blogspot.gr/.

Email : zarkadi8@gmail.com

 

96 pages, 15x21 cm, 14 €

ISBN 978-2-911427-71-8

15, RUE HIPPOCRATE
Thomas Ioannou


Édition bilingue.
Traduit du grec par Clio Mavroeidakos.

 

Premier recueil très remarqué, 15, rue Hippocrate nous a donné l’envie de relancer notre collection de poésie grecque contemporaine.
Traversé par un questionnement existentiel sans faux-semblants, le recueil interroge un réel douloureux dans un style singulier, entre lyrisme retenu et ironie subtile.
Poète intranquille, Thomas Ioannou télescope diverses strates de la langue grecque – du populaire au spécialisé – pour construire des images et des paradoxes qui frappent le lecteur et se gravent dans sa mémoire.
L’avenir est sombre et les amours, grevées par l’incommunicabilité entre les êtres, nous dit Ioannou, jeune poète pessimiste mais pas désespéré, qui ouvre et ferme 15, rue Hippocrate sur l’image du mouvement – mouvement de l’écriture, mouvement de l’existence –, dernière liberté en ces temps difficiles.


Thomas Ioannou est né en 1979 à Arta. Il a grandi à Prévéza et a fait des études de médecine à Athènes. Actuellement, il exerce en tant que neurologue à Prévéza.
15, rue Hippocrate est son premier recueil et il a reçu, en 2012, le Prix d’État du Jeune auteur. Le recueil a fait l’objet d’une deuxième édition en 2014.
Thomas Ioannou est, par ailleurs, membre du comité de rédaction de Ta poiitika, revue de référence consacrée à la poésie.

 

160 pages, 15x21 cm, 19 €

ISBN 978-2-911427-94-7

 

AMORGOS
Nikos Gatsos

 

Édition bilingue.
Traduit du grec et présenté par Jacques Lacarrière.

 

Dans ce recueil, on découvre une Grèce emplie de rumeurs égéennes et d’illuminations qu’on pourrait appeler rimbaldohéliaques, tant le soleil qui les éclaire appartient à ces deux sources ici indissociables que sont la Grèce et le surréalisme. Le pays y apparaît sous une image à la fois élémentaire – au sens cosmique du mot par l’importance qu’y ont les éléments, la mer, la terre, le ciel et le soleil – et alchimique, une Grèce où se mêlent intensément et constamment les objets et blasons de la vie quotidienne mais élevés ici à la hauteur de symboles ou d’énigmes comme dans les toiles dites métaphysiques du peintre Giorgio de Chirico.

 

 

2001, 15x21 cm, 72 pages 11€

ISBN : 2-911427-05-X

 

AVEC LA LUMIÈRE
Christophoros Liondakis


Édition bilingue.
Traduit du grec par Clio Mavoeidakos-Muller et Michel Volkovitch.

 

« Christophoros Liondakis croise les mémoires à la Mémoire commune, mêle les expériences personnelles au Temps historique, enrichit les sensations grâce aux parfums de la terre d’origine, sanctifie la Parole par le deuil inviolable, compresse le Présent dans les icônes de martyrs de notre époque. » Maro Douka, écrivain, 1999.

 

Ce recueil a reçu le Prix National de Poésie 2000 et le Prix de Poésie 2000 de la revue littéraire Diavazo.

 

 

2003, 15x21 cm, 67 pages, 13€

ISBN : 2-911427-24-6

 

OUBLI PRÉCIEUX
Andonis Fostiéris

 

Édition bilingue.
Traduit du grec par Clio Mavroeidakos-Muller.

 

Le titre original de cet Oubli précieux résume bien le programme poétique de cette œuvre de la maturité d’Andonis Fostiéris. Titre intraduisible s’il en est, car il joue sur l’homophonie entre les mots grecs qui désignent l’oubli et la pierre. Titre qui heurte et engendre la réflexion, dans sa version originale, plus qu’en français. De la polysémie, donc, au programme, mais une polysémie à l’abord difficile, accroc du langage et fondement d’une poétique complexe. L’effet de composition du recueil est saisissant : jamais mécanique, la reprise d’un vers ou d’un vers-titre d’un poème à l’autre, tisse un réseau autoréférentiel qui génère, chez le lecteur, le sentiment d’un dévoilement jamais achevé, d’une énigme.

 

 

2009, 15x21 cm, 88 pages, 14€

ISBN : 978-2-911427-80-0

 

 

LA CHAIR, BEAU DÉSERT
Katerina Anghelaki-Rooke


Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

La poésie de Katerina Anghelaki-Rooke est éminemment amoureuse. Ses poèmes, parlant à la première personne, sont les jalons d’une vaste confession du sentiment.

 

 

 

2001, 15x21 cm, 112 pages, 14,50€

ISBN : 2-911427-26-2 & 2-910965-24-4

 

 

LE TEMPS DES VACHES MAIGRES
Dinos Christianopoulos


Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

Ce premier recueil, paru en 1950, révèle déjà le lyrisme amoureux, l’amertume, le goût de la confession et de la provocation. La passion nous provient par éclairs ; elle s’est imprimée en nous : un ongle griffant la peau.

 

 

 

1996, 15x21 cm, 112 pages, 14,50€

ISBN : 2-911427-02-5 & 2-910965-09-0

 

 

LE CYPRÈS DES TRAVAILLEURS
Dimitra Christodoulou


Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

Ce que cette poésie veut nous faire partager – comme toute poésie peut-être, mais plus clairement que d’autres –, c’est ce miracle du monde enfin touché, embrassé.

 

 

 

 

1999, 15x21 cm, 112 pages, 14,50€

ISBN : 2-911427-20-3 & 2-910965-18-X

 

 

LES NOURRISSONS ANTIQUES
Yorgos Chronas

 

Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

Yorgos Chronas prend pour sujet, dit-il, ce et ceux dont les autres poètes ne parlent pas. On oscille sans cesse, dans les histoires que ces poèmes racontent, entre une franchise frontale, brutale, et un glissement oblique et rêveur.

 

 

 

 

2001, 15x21 cm, 112 pages, 14,50€

ISBN : 2-911427-31-9 & 2-910965-23-6

 

 

JE TE SALUE JAMAIS
Kiki Dimoula
 

Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

La mort, l’absence, le néant sont depuis toujours la matière des poèmes de Dimoula ; pourtant la mort y est toujours entremêlée à la vie et le poète use de la langue avec une audace, une liberté, une invention jubilatoires qui font de son oeuvre une des poésies les plus vivantes qui soient.

 

 

 

1997, 15x21 cm, 112 pages, 14,50€

ISBN : 2-911427-04-1 & 2-910965-24-4

 

 

LA PENSÉE APPARTIENT AU DEUIL
Andonis Fostiéris

 

Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

Dense, lisse, brillante, minutieusement agencée, la poésie de Fostiéris, faussement limpide, miroite de tous ses jeux sonores et ses doubles sens, entre l’allégresse du jeu et l’angoisse qui la sous-tend. C’est cela aussi, sans doute, qui lui confère une séduction diabolique.

 

 

 

 

1998, 15x21 cm, 112 pages, 14,50€

ISBN : 2-911427-10-6 & 2-910965-16-3

 

 

BALLADE
Michalis Ganas

 

Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

Dans Ballade, Ganas opère un retour aux lieux de l’enfance et au passé familial. Les morts prennent la parole et disent ce qui n’a pu l’être de leur vivant. Et de ce chant qui prend l’allure d’ultime adieu naît l’émotion de voir disparaître la Grèce paysanne dont Ganas est l’un des derniers chantres.

 

 

 

 

1996, 15x21 cm, 80 pages, 13€

ISBN : 2-911427-00-9 & 2-910965-07-4

 

 

DESCENDANT DE LA NUIT
Nikos Karouzos

 

Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

On sent, dans la poésie de Karouzos, son travail dans l’effervescence, l’urgence, la violence et aussi l’obscurité, car on n’a pas le temps d’expliquer, il ne faut pas lâcher ce qui court devant soi.

 

 

 

1998, 15x21 cm, 112 pages, 14,5€

ISBN : 2-911427-09-2 & 2-910965-15-5

 

 

EROS ÉTRANGE ÉTRANGER
Dimitris Kraniotis
 

Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

La poésie de Kraniotis, nourrie de mythologie, célèbre le rêve, l’amour et le désir. Là où joie et douleur se confondent, lyrisme et mysticisme portent aux nues la beauté. En quête de raffinement sonore, de concision, la poésie de Kraniotis est faite de fraîcheur : il a la force et le mystère des oracles.

 

 

 

1998, 15x21 cm, 112 pages, 14,5€

ISBN : 2-911427-09-2 & 2-910965-15-5

 

 

NE RECOUVRE PAS LA RIVIÈRE
Yorgos Markopoulos
 

Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

Vies rêvées, amours douloureuses, illusions perdues, nostalgie. Les poèmes de Yorgos Markopoulos vont et viennent entre les époques et les lieux, disant la tristesse du présent et celle du passé, que parfois on regrette malgré tout.

 

 

 

2000, 15x21 cm, 112 pages, 14,5€

ISBN : 2-911427-25-4 & 2-910965-20-X

 

 

HISTOIRE DES PROFONDEURS
Jenny Mastoraki
 

Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

Fragments d’histoires, de visions, images d’un livre ancien, mais déchirées, mélangées, Mastoraki nous plonge dans un passé qui n’appartient à aucune époque précise, dans un certain fantastique.

 

 

 

1997, 15x21 cm, 80 pages, 13€

ISBN : 2-911427-08-4 & 2-910965-13-9

POÈMES
Athina Papadaki
 

Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

Athina Papadaki est l’observatrice attentive et chaleureuse du réel le plus quotidien, le plus humble et infime – ce qui ne l’empêche pas de s’abandonner par ailleurs à la magie d’images lointainement héritées des surréalistes.

 

 

2000, 15x21 cm, 112 pages, 14,5€

ISBN : 2-911427-30-0 & 2-910965-22-8

 

 

L'INCORPORELLE
Dimitris Papaditsas
 

Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

L’Incorporelle, avant-dernier recueil du poète, est un monologue, un hymne psalmodié dans ce qui est peut-être un cimetière, ou des ruines antiques, par un homme revenu des Enfers qui s’adresse à une femme sans corps, ou plutôt dont le corps, élargi à la création, serait partout.

 

 

1998, 15x21 cm, 96 pages, 11€

ISBN : 2-911427-10-6 & 2-910965-17-1

 

 

APPRENTISSAGE, Titos Patrikios
 

Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

La force des poèmes de Patrikios provient de leur grande simplicité : un ton souvent proche de la conversation, une voix qui ne force jamais. Ces poèmes semblent faciles et c’est en les lisant de près que l’on aperçoit toutes les ambiguïtés, toutes les subtilités de son écriture.

 

 

 

 

 

1996, 15x21 cm, 112 pages, 14,5€

2-911427-01-7 & 2-910965-08-2

 

 

L'URNE D'ABONDANCE
Manolis Pratikakis

 

Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

L’Urne d’abondance est un cheminement placé sous le double signe de la sagesse orientale et de la pensée présocratique.

 

 

 

 

 

1998, 15x21 cm, 92 pages, 13€

ISBN : 2-911427-15-7 & 2-910965-19-8

 

 

REPAS FUNÈBRE, suivi de PIERRES
Takis Sinopoulos

 

Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

Le titre de Repas funèbre pourrait servir à toute l’oeuvre de Sinopoulos, qui n’est qu’un long dialogue avec les morts. Dans ce recueil, le poète retrouve sa jeunesse brisée : images de bonheur, du désir amoureux, emportées par les visions d’horreur de la guerre.

 

 

 

 

1997, 15x21 cm, 112 pages, 14,5€

ISBN : 2-911427-05-X & 2-910965-10-4

 

 

FENÊTRE NUE
Yorgos Thémélis

 

Édition bilingue.
Traduit du grec par Michel Volkovitch.

 

Le visible et l’invisible, chez Thémélis, échangent leurs visages, leurs pouvoirs, se rendant mutuellement plus désirables que jamais ; et si, chez lui, il est souvent question d’ascèse, de dénuement, ce mystique est aussi l’un de ceux qui ont le mieux parlé de l’amour, de la chair et sa « tendre chaleur ».

 

 

 

1997, 15x21 cm, 112 pages, 14,5€

ISBN : 2-911427-07-6 & 2-910965-14-7

 

 

SUIVEZ-NOUS

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • c-youtube

© 2015, Desmos.