top of page

De tous les humains que j'ai eu le bonheur ou le malheur de connaître je suis, je crois, le seul qui, si on le traite d'animal, ne se sentira pas offensé. Plus je fréquente les animaux, plus je demeure persuadé qu'il n'y a aucune différence entre eux et les humains, ainsi que certains amateurs de paradoxes ont voulu l'affirmer, mais seulement que nos différences avec les animaux ne démontrent pas, toutes, la supériorité humaine. Ce qui nous distingue d'eux principalement, c'est qu'ils ont pris tout ce qu'il y a de bon chez les humains et ont évité d'imiter ce qui est inutile, nuisible et ridicule. Chez eux, jamais il ne fut question de visites du nouvel an, de tabac ni de taxe sur ce dernier ou sur tout autre produit ; ils ne jouent pas aux cartes, ne boivent que de l'eau ou du lait quand ils sont petits ; ils n'entretiennent pas d'armées, ignorent ce que signifient les mots patrie et propriété, de là ils n'engagent ni procédures ni guerres, mais seulement des duels à propos d'affaires qui les intéressent directement et personnellement, par exemple le pâturage d'un pré verdoyant ou les bonnes grâces d'une de leurs congénères, chatte, chienne, lionne, jument ou biche. Ils ont limité ces liens familiaux uniquement à ceux qui leur sont nécessaires et ne constituent pas une charge pour eux. Certes, ils ont père et mère, mais ni oncles ni cousins ni grands-parents ni petits-enfants et surtout ni beaux-pères ni belles-mères.

ROIDIS EMMANUEL Histoire d'un singe et autres histoires d'animaux

15,00 €Prix
  • traduit du grec par Roselyne Majesté-Larrouy, Clio Mavroeidakos-Muller, Malamati Soufarapis

    Éditions L'Echoppe, 2012

    ISBN : 9782840682455

bottom of page